Le séminaire

L'Ecole de psychanalyse

Depuis 2005 j'assure un sémainaire, déclaré dans le cadre de l'Ecole de Psychanalyse Sigmund Freud.

 

Celui-ci a pris plusieurs formes : en public (au Musée des Beaux Arts de Tours, à l'Institut de Touraine), en privé et ouvert à un large public, en privé et dédié à ceux que la pratique psychanalytique interroge.

 

Il se tient une fois par mois, en début de soirée.

L'argument de l'année 2011-2012

Apprendre à lire autrement pour manquer autrement ? - L'année passée nous avons effectué un premier tour, cernant ce que l'on pourrait nommer « l'inconscient lacanien », expression que nous privilégions par rapport à celle d'inconscient-réel.

 

L'écriture poétique chinoise : comment l'analyste s'en saisit-il ? La coupure prend différentes formes, modalités, facettes dans l'enseignement de Lacan. Nous avons souligné cet enchaînement entre « l'âme éprise du sujet supposé savoir » et « la raison d'un échec ».

 

En chemin, nous ne cessons de croiser, non pas la religion, privée ou collective, mais la question de Dieu. Avant de promouvoir un acte analytique athée/h(a)thé, faudra-t-il qu'analysants et analystes ne s'échappent pas systématiquement de ce rendez-vous. Le risque est simple : faire de la théologie, pardon, de la psychologie.

 

Notre point d'arrêt fut le rêve de Freud, largement commenté par Lacan : « L'injection faite à Irma ».

 

À quelles conditions pouvons-nous, par instants, nous réveiller ? Nous réveiller du rêve mais aussi de ce fourvoiement psychologique de l'interprétation fondée sur le sens ?

 

Pour retourner à l'ultime de l'enseignement de Lacan, nous repartirons cette année de la conférence faite au service du Professeur Deniker le 10 novembre 1978. De ce tourbillon, nous repasserons par la question de la nomination et celle de la lettre, (en espérant nous garder de la tentation si fétichiste et si contemporaine à son égard dans ladite communauté analytique) ; nous pourrons dès lors réinterroger les conséquences sur les fins de la cure (finalité, terminaison, achèvement de la psychanalyse) que promeut la proposition de l'Une-bévue, comme ce qui va plus loin que l'inconscient freudien.